En Italie, les intellectuels sont sonnés par l’extrême droite au pouvoir

Par Beniamino Morante

Face à la droitisation du paysage politique en Italie, certains universitaires de gauche semblent démunis. Beaucoup avaient parié sur une alliance du Mouvement Cinq Étoiles avec les sociaux-démocrates du PD pour gouverner. Aujourd'hui, l'heure est à l'introspection. Quelques-uns plaident pour le retour aux batailles locales : « Pour la gauche, il est plus important de fonder une cantine sociale que de créer une liste électorale. »

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rome (Italie), correspondance.– Le nouvel exécutif n'a pas tardé à annoncer la couleur. Un jour après l’intronisation du nouveau gouvernement, Matteo Salvini monte déjà au créneau. Depuis Vicence, où le leader de la Ligue effectue son premier déplacement dans le costume de ministre de l’intérieur, il lance un appel, ce 2 juin 2018 : « Pour les migrants clandestins, la fête est finie, clame-t-il sous les applaudissements du public. Préparez vos valises, de manière sereine et calme, mais préparez vos valises. » Puis le tribun s’en prend aux ONG qui opèrent en Méditerranée, en les définissant comme des « assistants des passeurs de la mer ».