Les souvenirs de Boris Pahor

Par

Dans une interview, le grand écrivain italien de langue slovène Boris Pahor, 105 ans, se souvient et juge notre temps.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Boris Pahor a 105 ans. Il vit comme depuis toujours dans sa ville de Trieste. L’écrivain est italien parce que sa ville est italienne, mais il est de langue et de culture slovènes. Dans un entretien accordé au quotidien allemand Die Tageszeitung (taz), il se souvient de la montée du fascisme et de la répression qu’a subie la minorité slovène de la ville, puis de sa déportation en Allemagne pendant la guerre et enfin, après la guerre, de la difficulté de vivre séparé des Slovènes. Aujourd’hui, il défend les aspirations catalanes à l’indépendance, s’inquiète de l’Europe telle qu’elle va, du réchauffement climatique et de l’incapacité de l’Italie de gérer son passé fasciste.