Issa Amro: «Israël sombre dans la folie»

Par

Poursuivi en justice par l’armée israélienne, l’activiste palestinien non violent Issa Amro dénonce la droitisation du gouvernement Netanyahou et la dégradation des conditions de vie pour les Palestiniens à Hébron. Il déplore également l’inertie d’un Mahmoud Abbas et d’un Fatah vieillissants.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyée spéciale à Hébron (Cisjordanie).– Fondateur de l’ONG « Youth Against Settlements », Issa Amro est une célèbre figure de la résistance palestinienne non violente. Natif d’Hébron, où vivent 200 000 Palestiniens et environ 600 colons israéliens, cet ingénieur électrique et formateur professionnel de 36 ans se bat depuis une dizaine d’années contre l’occupation en Cisjordanie. Il organise notamment une manifestation annuelle en faveur de la réouverture de Shuhada Street (rue des Martyrs, en arabe). Cette artère centrale d’Hébron, autrefois très animée, est désormais interdite aux piétons et aux véhicules palestiniens. Les commerces palestiniens y ont été fermés et l'entrée des maisons palestiniennes murée. Une décision en partie prise par l’armée israélienne après le massacre de la mosquée d’Ibrahim (ou Tombeau des patriarches), à laquelle la rue mène. Le 25 février 1994, l’extrémiste juif Baruch Goldstein y avait assassiné 29 Palestiniens et blessé 125 autres, alors qu’ils priaient un vendredi matin lors du ramadan.