Rui Pinto, lanceur d’alerte des Football Leaks: «Le combat est loin d’être terminé»

Par Rafael Buschmann Et Christoph Winterbach (Der Spiegel)

Juste avant sa première audience devant un tribunal de Lisbonne, Rui Pinto, le lanceur d’alerte des Football Leaks emprisonné depuis neuf mois, a accordé depuis sa prison un entretien au consortium EIC, dont Mediapart est membre. Accusé notamment de piratage informatique, il dénonce la partialité de la justice portugaise et regrette de ne pas avoir été davantage soutenu par les autres pays européens, comme la France, qui veulent, eux, combattre la corruption dans le football grâce à ses données.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lisbonne, mercredi matin. L’affluence est telle au tribunal que la présidente a dû déplacer l’audience dans une salle plus grande. Rui Pinto pénètre dans le tribunal, menotté et entouré de quatre policiers armés équipés de gilets pare-balles. Le Portugais de 31 ans, placé en détention préventive depuis neuf mois, est pourtant loin d’être un danger public. L’homme qui prend place, souriant, sur le banc des accusés est seulement l’ennemi numéro un du foot business.