L'Allemagne fait plier la Grèce

Fin de l'acte 1 pour Syriza à Bruxelles : la Grèce a obtenu, vendredi soir, une prolongation de quatre mois du plan d'aide auprès de l'ex-Troïka, comme le voulait Berlin. Le gouvernement de Tsipras pourra négocier de la « flexibilité » sur certaines des conditions du prêt. Sur le fond, rien n'est réglé.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

De notre envoyé spécial à Bruxelles. Les ministres des finances de la zone euro ont contraint, vendredi soir, le gouvernement grec à un compromis en forme de première capitulation. Mais les négociations vont encore durer de longs mois à Bruxelles et rien n'est réglé sur le fond. Les inquiétudes de plus en plus vives sur l'état de santé des banques grecques et les retraits d'argent qui semblaient s'accélérer en fin de semaine dans le pays, ont sans doute pesé fortement dans le choix d'Athènes de lâcher du lest vendredi.
La plupart des lignes rouges fixées par le nouvel exécutif grec en début de négociation, à commencer par l'arrêt de l'actuel programme d'aide à la Grèce par la Troïka, ont été franchies. Certains électeurs de Syriza pourraient bien avoir du mal à comprendre pourquoi leurs représentants ont signé ce texte. 
« Nous avons combiné le respect des règles et le respect de la démocratie », s'est félicité Yanis Varoufakis, le ministre des finances grec, lors de sa conférence de presse, estimant qu'Athènes avait arraché des « degrés de liberté » jamais consentis depuis le début de la crise. « Aujourd'hui, notre isolement a pris fin. Nous nous sommes trouvés face à des partenaires, il y a quelques jours, qui nous regardaient avec suspicion. Certains le font encore. Mais ce n'est que la première étape d'un long parcours », a insisté Varoufakis, qui s'est félicité de l'« ambiguïté constructive » de plusieurs points du texte.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Asie
La Chine, le vrai pays de la « cancel culture »
L’arrivée au pouvoir de Xi Jinping il y a près de dix ans a été marquée par un durcissement du contrôle du débat public en Chine, en particulier sur les réseaux sociaux. Les critiques de la politique « zéro Covid » ou de la guerre déclenchée en Ukraine par l’allié russe viennent d’en faire les frais.
par François Bougon
France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Attentats du 13-Novembre : les grands entretiens — Entretien
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
L’affaire PPDA — Parti pris
L’affaire PPDA, ou tout le chemin qu’il reste à parcourir
L’affaire Patrick Poivre d’Arvor est symptomatique de la culture de l’impunité et de la tolérance sociale qui a longtemps prévalu, notamment dans les entreprises, concernant les comportements sexuels problématiques. Elle est aussi le reflet du chemin qu’il nous reste à parcourir.
par Lénaïg Bredoux et Marine Turchi

Nos émissions

À l'air libre
par À l’air libre
Grand entretien
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik