MOYEN-ORIENT

Pour sauver son poste, Netanyahou s’allie avec le pire de l’extrême droite israélienne

Afin de contrer le nouveau tandem centriste qui menace sa réélection, le premier ministre d’Israël a organisé l’alliance des petits partis nationalistes et religieux, dont Force juive, considéré comme raciste et dont certains membres figurent sur la « liste noire » américaine du terrorisme.

Thomas Cantaloube

21 février 2019 à 13h04

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

S’il en était encore besoin, Benjamin Netanyahou vient de prouver une nouvelle fois qu’il était prêt à toutes les alliances et à toutes les compromissions avec l’extrême droite la plus radicale pour se maintenir au pouvoir. Le premier ministre israélien ne s’est pas contenté d’observer les manœuvres des petits partis extrémistes dans la perspective des élections législatives du 9 avril 2019, il a pris une part active dans leur rassemblement en les poussant à passer un accord et en leur promettant par avance des ministères. Ce faisant, il a réintroduit dans le jeu électoral et offert des perspectives à Force juive, un parti dont l’incarnation précédente avait été interdite de concourir aux élections de 1988, car jugée trop raciste et trop peu démocratique, et dont certains des membres sont interdits d’entrée sur le sol des États-Unis pour soupçon de terrorisme.

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

France — Analyse
par Lénaïg Bredoux
France — Reportage
par Sheerazad Chekaik-Chaila
France — Parti pris
par Carine Fouteau
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Médias — Enquête
Vincent Bolloré lorgne « Le Figaro »
Après avoir conquis Canal+, CNews, Europe 1, « Paris Match » ou encore « Le Journal du dimanche », Vincent Bolloré a engagé, d’après nos informations, des négociations pour prendre le contrôle du « Figaro ». Au risque de relancer les polémiques sur la concentration des médias au profit des puissances d’argent.
par Laurent Mauduit
Droite — Enquête
Guillaume Peltier met l’argent public au service de sa petite entreprise politique
Le député Guillaume Peltier, figure des Républicains qui flirte avec l’extrême droite, a organisé tout un système pour servir son destin personnel, qu’il imagine présidentiel. Mais d'après notre enquête, son projet se construit avec des moyens publics. Et certains de ses plus grands donateurs obtiennent des avantages douteux.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Dossier. Violences sexuelles : la justice en question — Enquête
Le Conseil d’État secoué par plusieurs affaires de violences sexuelles
L’institution a été confrontée à un magistrat accusé de propos et gestes déplacés. Elle doit se défendre d’avoir manqué à ses obligations d’employeur dans un autre cas, et promet un vaste plan de formation.
par Lénaïg Bredoux
Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français — Entretien
Nouvelle-Calédonie : « Une volonté de l’État de pousser à la violence »
Alors que l’État vient de confirmer la date du 12 décembre pour la tenue du référendum sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie, dont les indépendantistes avaient demandé le report en raison de la situation sanitaire, entretien avec Laurie Humuni, membre du bureau politique du FLNKS.
par Joseph Confavreux

Nos émissions