Victorieux à Afrin, Erdogan renforce sa main en Syrie

Par

La prise de la ville kurde syrienne d’Afrin par l’armée turque, dimanche 18 mars, renforce le président Erdogan tant sur la scène politique nationale que dans le grand jeu pour le partage de la Syrie en zones d’influences. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Istanbul (Turquie), de notre correspondant.-  La prise, dimanche 18 mars, de la ville d’Afrin (nord-ouest de la Syrie) par l’armée turque et ses supplétifs syriens constitue sans conteste une victoire pour le président Recep Tayyip Erdogan et sa politique de démembrement des zones autonomes kurdes apparues dans le nord de la Syrie, après 2012, à la faveur de la guerre civile.