La juge Carmena, 71 ans, se lance en politique pour ravir Madrid à la droite

Ils sont les héritiers dans l'arène politique de l'esprit « indigné ». Des centaines de candidatures d'unité populaire se présentent aux municipales du 24 mai en Espagne. Ce sont des plateformes qui mêlent des figures de la société civile, des acteurs des mouvements sociaux, mais aussi des membres de partis de gauche. Reportage à Madrid, dans les pas de Manuela Carmena, une juge de 71 ans qui fédère une multitude de candidats issus de la société civile, de mouvements sociaux et de partis politiques traditionnels.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

De notre envoyé spécial à Madrid. Chacun leur tour, au pied de l'estrade en plein air, ils s'emparent du micro. Une femme, la soixantaine, qui parle si bas qu'on l'entend à peine : « Je veux juste dire une chose, les rues sont sales. » Un trentenaire, très remonté : « Qu'allez-vous faire de la "ley mordaza", la nouvelle loi du PP ? », référence à cette « loi-bâillon » sur la sécurité adoptée par les conservateurs au pouvoir, jugée liberticide par ses adversaires. Au tour d'un homme du même âge, chemise à carreaux : « Il faut en finir avec la privatisation des centres sportifs, qu'allez-vous faire ? » Encore un homme, plus âgé : « Comment récupérer ces bâtiments vides, qui ont été vendus à des fonds vautours, pour en faire du logement social ? » Une femme, la cinquantaine, aux longs cheveux : « Podemos ne dit pas assez, dans son programme, sur la défense des animaux. Et vous ? »
Sur scène, Manuela Carmena, une juge à la retraite de 71 ans, et ses colistiers écoutent ce cahier de doléances à ciel ouvert. Ils prennent des notes, y répondront plus tard dans la soirée. Environ 400 personnes se sont massées dimanche en début de soirée sur cette place de Vallecas, l'un des districts plutôt pauvres du sud-est de Madrid, pour participer à cet acte de campagne de la liste citoyenne Ahora Madrid (« Maintenant Madrid »). Le rituel des questions-réponses est devenu la marque de fabrique de la tournée « gobernar escuchando » (gouverner par l'écoute), lointain héritage de l'esprit du « 15-M », lorsque les « indignés » s'étaient emparés des places d'Espagne en 2011. Leur campagne, tout en douceur, loin du style plus combatif et clivant de Podemos, est en train de marquer les esprits.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

À travers l’Afghanistan, sous les talibans — Reportage
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Climat — Reportage
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Livres — Entretien
Comment les inédits de Louis-Ferdinand Céline ont été « préservés »
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Politique — Parti pris
« Extrême gauche » à l’Assemblée : la Macronie au royaume de l’absurde
En renvoyant systématiquement la Nupes à « l’extrême gauche », la Macronie continue de banaliser l’extrême droite qui, présente en force à l’Assemblée nationale, se félicite d’avoir autant de ventriloques.
par Mathieu Dejean