Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence

L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

L’élection de Mario Vargas Llosa à l’Académie française a suscité un début de polémique sur le niveau de français de celui qui reçut le prix Nobel de littérature en 2010. Un candidat à l’élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon, s’est même ému sur Twitter« pauvre France » – du choix d’un écrivain né au Pérou et qui écrit ses livres en espagnol, pour rejoindre un cénacle dont la mission est de fixer les règles de la langue française.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal