Ethiopie contre Erythrée: les frères ennemis sont au bord de la guerre

Par

De nouveaux affrontements armés ont eu lieu début juin à la frontière entre les deux pays. Un incident plus sérieux que les précédents, qui fait craindre pour la stabilité de la région, seize ans après la signature d’un accord de paix.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Addis-Abeba (Éthiopie), de notre correspondant. - Qui, de l’Érythrée ou de l’Éthiopie, a tiré la première ? Pas nous, ont répondu tour à tour les deux belligérants. Dimanche 12 juin 2016, les armes ont pourtant parlé à la frontière, aux environs de Tsorona, à moins de 200 kilomètres d’Asmara, la capitale érythréenne. Tout juste sait-on que, durant quelques heures, le bruit de la guerre a de nouveau résonné, là même où les deux pays se sont saignés à blanc entre 1998 et 2000. À l’époque, une simple échauffourée avait dégénéré en guerre ouverte. Près de 70 000 personnes avaient péri sans que le litige frontalier ne soit réglé. Cette fois-ci, « il y a eu d’importantes pertes des deux côtés », a reconnu le porte-parole du gouvernement éthiopien, Getachew Reda, « mais surtout du côté érythréen ». Quatre jours après l’accrochage, son homologue érythréen annonçait la mort de 200 hommes dans les rangs éthiopiens.