A Istanbul, la bien mal nommée «île de la Démocratie» d’Erdogan suscite la polémique

Par

Le président turc a inauguré au large d’Istanbul une île dédiée à la démocratie et aux libertés. Mais derrière cet intitulé ronflant se cachent un vaste projet immobilier et une volonté de réécriture de l’histoire qui ont causé la destruction d’une zone naturelle et de vestiges archéologiques protégés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Istanbul (Turquie), de notre correspondant.– On sait désormais où se trouvent la démocratie et les libertés en Turquie. Elles se situent sur un petit îlot inhabité de dix hectares, battu par les flots de la mer de Marmara, au large des côtes asiatiques d’Istanbul. Le 27 mai dernier, le président islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan a rebaptisé l’endroit, jusque-là appelé Yassiada ou île Plate, des noms de ces deux vertus cardinales de tout État de droit, y inaugurant un complexe qui leur est dédié.