Beethoven, une nouvelle arme russe contre les manifestations

Par

Depuis deux mois et demi, les habitants de la grande ville de Khabarovsk, dans l’Extrême-Orient russe, manifestent contre le pouvoir et le gouverneur de la région. Le 19 septembre, les autorités ont installé des sonos géantes pour noyer les discours et slogans des manifestants dans du Beethoven, prétextant du 250e anniversaire de la naissance du compositeur.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Voilà qui pourrait inspirer le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin qui se fait fort de réviser la doctrine française de maintien de l’ordre. L’exemple vient cette fois de l’Extrême-Orient russe et de la ville de Khabarovsk, 600 000 habitants, à 8 200 kilomètres et six jours de train de Moscou. Il ne s’agit nullement de Novitchok pour éliminer l’opposition. Mais de Beethoven pour faire taire les manifestants.