IBK, le symbole écorné de la politique africaine de Hollande

Par

Ibrahim Boubacar Keïta est pour François Hollande un allié précieux en Afrique au moment où la France est engagée dans plusieurs guerres (Mali, Centrafrique, Sahel). Mais leur relation très étroite a tangué ces derniers mois tant l'intervention française au Mali se révèle sans fin.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ibrahim Boubacar Keïta est un familier de l’Élysée. Mercredi et jeudi a lieu la sixième visite du président malien en France. Mais c’est la première fois qu’il viendra en visite d’État, la plus prestigieuse réception d’un président étranger prévue par le protocole. Les Champs-Élysées seront ornés des drapeaux français et malien. Le chef de l’État malien sera décoré des insignes de grand-croix de la Légion d’honneur, avant une conférence de presse commune avec François Hollande et un dîner d’État au Palais. Jeudi, « IBK » retrouvera son homologue français pour la conférence internationale sur le développement du Mali, organisée au siège de l’OCDE. Une visite des tombes de soldats maliens morts sur le champ de bataille de Verdun et de l’ossuaire de Douaumont est également prévue.