Nucléaire iranien : reprise des négociations

Par

Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu plus l'Allemagne ont repris mercredi à Genève avec l'Iran des pourparlers qui s'annoncent difficiles en vue d'un accord sur le programme nucléaire de Téhéran.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Si Moscou et Londres manifestent leur confiance en la possibilité d'une issue positive, Paris -accusé par Téhéran de prendre fait et cause pour les Etats-Unis et Israël- et Washington ont souligné la difficulté de la tâche. « Je pense que nous pouvons avoir un accord (...) mais nous verrons bien car c'est difficile... C'est très difficile », a dit un haut responsable américain aux journalistes après la reprise des négociations sur les bords du lac Léman.

Ali Khamenei, guide suprême de la République islamique, a dit avoir fixé des « lignes rouges » à ses négociateurs et s'en est pris à la France, qu'il a accusée d'avoir « cédé aux Etats-Unis » et de s'être « mise à genoux devant le régime israélien » en empêchant la conclusion d'un accord à Genève il y a dix jours. Les discussions ont commencé mercredi par une rencontre entre le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, et Catherine Ashton, porte-parole de la diplomatie de l'Union européenne qui coordonne l'action des Six.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale