Afrique

L’Égypte détourne une aide militaire française, Paris laisse faire

La France fournit des renseignements aux autorités égyptiennes qui sont utilisés par Le Caire pour cibler des trafiquants à la frontière égypto-libyenne, et non des djihadistes comme prévu, selon des documents confidentiel défense révélés par le média d’investigation Disclose.

Agence France-Presse

21 novembre 2021 à 20h00

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

La France fournit des renseignements aux autorités égyptiennes qui sont utilisés par Le Caire pour cibler des trafiquants à la frontière égypto-libyenne, et non des djihadistes comme prévu, affirme dimanche le média en ligne d’investigation Disclose, citant des « documents confidentiel défense » témoignant du dévoiement de cette mission.

Selon Disclose, la mission de renseignement française « Sirli », débutée en février 2016 au profit de l’Égypte au nom de la lutte antiterroriste, a été détournée par l’État égyptien qui se sert des informations collectées pour effectuer des frappes aériennes sur des véhicules de contrebandiers présumés.

Une dérive de la mission

« En principe, la mission […] consiste à scruter le désert occidental pour y détecter d’éventuelles menaces terroristes venues de Libye », à l’aide d’un avion léger de surveillance et de reconnaissance (ALSR) loué à la Direction du renseignement militaire (DRM), écrit Disclose, média d’investigation à but non lucratif.

« Théoriquement, les données recueillies devraient faire l’objet de recoupements afin d’évaluer la réalité de la menace et l’identité des suspects. Mais très vite, les membres de l’équipe comprennent que les renseignements fournis aux Égyptiens sont utilisés pour tuer des civils soupçonnés de contrebande. Une dérive dont ils vont alerter leur hiérarchie à intervalles réguliers », en vain, poursuit le média en ligne, et ce malgré plusieurs bavures sur le terrain.

Le président Emmanuel Macron accueille son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi à l’Élysée le 12 novembre 2021. © Ludovic Marin/AFP

Selon les documents obtenus par Disclose, « les forces françaises auraient été impliquées dans au moins dix-neuf bombardements contre des civils, entre 2016 et 2018 ».

La DRM et l’armée de l’air s’inquiètent des dérives de l’opération, comme en témoigne une note transmise à l’Élysée le 23 novembre 2017, citée par Disclose : « Par manque de moyens de surveillance, l’identification des pick-up ne peut être effectuée sans autre élément d’appréciation que le survol initial dont ils ont fait l’objet. Aussi, l’identification de certains véhicules et les frappes d’interdiction qui en découlent pourraient être soumises à caution. »

Silence des autorités

Une autre note datée du 22 janvier 2019, à l’attention de la ministre des armées Florence Parly, avant une visite officielle en Égypte avec le président Emmanuel Macron, signale « des cas avérés de destruction d’objectifs détectés par l’aéronef » français et estime « important de rappeler au partenaire que l’ALSR n’est pas un outil de ciblage ».

Pourtant, aucun accord ne sera signé ni la mission remise en cause, assure Disclose, qui affirme que « l’armée française est toujours déployée dans le désert égyptien ».

Sollicités par Disclose, l’Élysée, le ministère des armées, la DRM et l’état-major n’ont fait aucun commentaire.

« L’Égypte est un partenaire de la France avec lequel - comme avec beaucoup d’autres pays - nous entretenons des relations dans le domaine du renseignement et de la lutte antiterroriste (...) au service de la sécurité régionale et de la protection des Français. Pour des raisons évidentes de sécurité et d’efficacité, nous ne communiquerons pas davantage sur la nature des dispositifs de coopération mis en œuvre dans ce domaine », a réagi dimanche soir le ministère français des Armées auprès de l’AFP, en précisant que Florence Parly avait « demandé qu’une enquête soit déclenchée sur les informations diffusées par Disclose ».

Malgré la volonté affichée de Paris de recentrer ses exportations d’armements vers l’Europe, l’Égypte fait partie des principaux destinataires d’équipements militaires français.

Ces ventes se sont considérablement renforcées avec l’arrivée au pouvoir d’Abdel Fattah al-Sissi en 2014, essentiellement entre 2014 et 2016 à la faveur de la vente de Rafale, d’une frégate, de quatre corvettes et de deux porte-hélicoptères Mistral.

Le président Sissi a été reçu en décembre 2020 par Emmanuel Macron, qui lui a même remis la grand-croix de la Légion d’honneur, la plus haute distinction honorifique française. Cette décision, dans un pays accusé par les ONG de bafouer les droits humains et d’utiliser des armements contre des civils, avait suscité des réactions outrées sur les réseaux sociaux, alors que l’Égypte est un pays clé de nombreux dossiers de la région.

Agence France-Presse


16 commentaires

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
À l'air libre
par Berenice Gabriel et Célia Mebroukine
Grand entretien
par Justine Brabant
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne