Ukraine: une trêve fragile après les affrontements meurtriers

Par

Au lendemain des affrontements qui ont fait 5 morts et plus de 300 blessés mercredi, une courte trêve s'est installée à Kiev, en attendant l'issue de négociations entre l'opposition et le régime. Le président Ianoukovitch demande une réunion extraordinaire du Parlement, tandis que les témoignages sur les violences policières et les disparitions se multiplient.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  •  Les principaux événements du jeudi 23 janvier

Après des violences sans précédent et des morts, des négociations politiques ont été amorcées jeudi entre l'opposition et le président ukrainien Viktor Ianoukovitch. Leur issue semblait particulièrement incertaine alors que les manifestations se poursuivent. En milieu de journée, Vitali Klitschko, leader du parti Udar, s'est rendu sur la place de l'Indépendance pour appeler les manifestants à respecter une trêve jusqu'à 20 heures. La police et les forces spéciales ont fait de même, chaque camp profitant de cette pause pour réorganiser ses dispositifs.