Les Vénézuéliens tiraillés entre le besoin d’aide et la peur

Par

Tout peut basculer ce samedi 23 février au Venezuela. Contre l’avis du gouvernement, l’opposition veut faire entrer une aide humanitaire très médiatisée. Les Vénézuéliens craignent une explosion de la violence alors que la dénutrition et le besoin de médicaments sont toujours plus importants. Les deux adversaires politiques se disputent le statut de sauveur.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Caracas (Venezuela), de notre envoyé spécial.-  « L'aide est nécessaire. On en a besoin. Espérons que cela ne se termine pas dans un bain de sang », lâche, le visage fermé, Oriana Garcia, une habitante d'un quartier devenu populaire du centre de Caracas, La Candelaria.