A Londres, les accusations de complaisance avec l’antisémitisme fragilisent Corbyn

Par

Accusé d’antisémitisme, l’ancien maire de Londres Ken Livingstone a démissionné lundi 21 mai du Parti travailliste. La polémique sur l’antisémitisme dans les rangs du Labour s’est intensifiée en 2018. Jeremy Corbyn assure ne tolérer aucun « racisme ». Mais son manque de fermeté face à la banalisation de propos antisémites chez quelques responsables du Labour pose question. Ses proches dénoncent une tentative de déstabilisation orchestrée par l’aile droite du parti.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Londres (Grande-Bretagne), de notre correspondante.– Dans le nord de Londres, le Labour avait toutes les chances de prendre le contrôle de la municipalité de Barnet le 3 mai dernier. Contrôlé par les conservateurs depuis 2002, ce borough du Grand Londres a longtemps été considéré comme une forteresse imprenable par la gauche. Mais à cause de la désastreuse expérimentation ultralibérale menée par la droite dans cette banlieue de la capitale, cette année, la victoire était enfin à portée de main des travaillistes.