Au Qatar, l’enfer des travailleuses domestiques

Encore plus invisibilisées que les forçats des chantiers car maltraitées dans l’intimité de foyers privés où elles sont recluses, les travailleuses domestiques subissent des abus et des violations systémiques au Qatar. Deuxième volet de notre enquête au royaume de l’esclavage moderne.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Doha (Qatar).– « Astaghfirullah ». La voix haletante, Neela* et Daya* implorent Dieu en épongeant avec leur voile la sueur qui perle sur leur visage. La sueur de la peur plutôt que celle de la chaleur suffocante. Elles ont imaginé le pire en dévalant les huit étages : la garde à vue, l’expulsion avec interdiction de revenir au Qatar. Quand Raul* a hurlé « Cachez-vous dans les toilettes ! », elles n’ont pas compris, elles sont restées interloquées, elles parlent hindi, lui, tagalog, l’une des langues des Philippines. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal