En Libye, des dépositions accablantes

Par et

Lors de sa garde à vue, l’ancien président a été confronté aux « résultats préliminaires » de l’enquête ouverte par le bureau du procureur général de Libye. Celui-ci a annoncé « la volonté » de l’État libyen post-Kadhafi de se constituer partie civile, en France. Les dignitaires libyens interrogés chargent l'ancien président français.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mis en cause par la justice française depuis mercredi soir, Nicolas Sarkozy l’est désormais aussi par les juges libyens. Le 6 novembre dernier, le bureau du procureur général libyen a transmis au juge d’instruction Serge Tournaire un rapport contenant un résultat préliminaire de « l’enquête sur les faits présumés de financement de la campagne électorale de M. Nicolas Sarkozy pour la présidence française dans les années 2006-2007 » initiée par la division des investigations du bureau du procureur, en exécution d’une demande d’entraide judiciaire transmise par le magistrat parisien « aux autorités libyennes compétentes » en janvier 2014.