En Egypte, un référendum factice pour maintenir al-Sissi au pouvoir

Par Jamel Bukhari et Ariane Lavrilleux

Du 20 au 22 avril, 55 millions d’électeurs égyptiens étaient appelés à valider des amendements constitutionnels qui renforcent les pouvoirs du président al-Sissi. Le scrutin a été marqué par des arrestations d’opposants et par l’octroi de pots-de-vin aux abords des bureaux de vote.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le Caire (Égypte), correspondance.- Sous un auvent de drapeaux égyptiens, un attroupement s’est formé au point de boucher l’accès à l’entrée du bureau de vote de Mounira, un quartier populaire du centre du Caire. Pourtant, ces hommes qui se bousculent en agitant leurs bras en l’air ont déjà voté. Face à eux, un homme monté sur une chaise détient des coupons roses donnant droit à des sacs de nourriture sur présentation d’une preuve de vote. « C’est seulement pour les gens du quartier ! » s’égosille-t-il. Après trois jours de scrutin, le stock de bons de charité semble être limité.