IBK, un symbole de la politique africaine de Hollande sous le regard des juges anti-corruption

Nos révélations sur les liens intimes entre le chef d’État malien et le « parrain des parrains » sont dévastatrices pour le récit qu’a cherché à construire l’Élysée sur sa politique en Afrique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

 « IBK » n’est pas qu’un président. C’est un symbole. Celui de la politique africaine de François Hollande, de la guerre qu’il a menée au Mali, de la lutte contre le terrorisme et des relations renouvelées que le président français jurait vouloir construire avec l’Afrique. Les dernières révélations de Mediapart sur les liens intimes entre le chef d’État malien, Ibrahim Boubacar Keita, dit IBK, et le « parrain des parrains », le Corse Michel Tomi, sont dévastatrices pour le récit qu’a cherché à construire l’Élysée.