La Fondation Brazzaville, des bonnes œuvres aux missions spéciales de Sassou-Nguesso

Par

Sous l'égide de la Fondation Brazzaville basée à Londres, l’intermédiaire français Jean-Yves Ollivier est devenu l’envoyé spécial de Sassou-Nguesso auprès des acteurs de la crise libyenne. Sa fondation, qui affirme œuvrer « pour la paix et la préservation de l’environnement », est l’une des structures de lobbying du régime.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les hommes de l’ombre ne sont plus ce qu’ils étaient. Ils veulent de la lumière, et leur quart d’heure de gloire. Alors qu’une nuée d’intermédiaires obscurs s’active toujours autour de l’autocrate Sassou-Nguesso, l’homme d’affaires français Jean-Yves Ollivier, 76 ans, vieux routier de la Françafrique et expert en trading pétrolier, s’est donc hissé au rang de communicant et d’envoyé spécial du président congolais, tout en consolidant ses affaires avec le régime.