Aux sources du suprémacisme: haïr son prochain comme on s’aime soi-même

Par Nicolas Lebourg

La sortie du nouveau film de Spike Lee interroge la société américaine sur son rapport aux réalités raciales. L’occasion d’observer les allers et retours entre les doctrines racistes états-uniennes et européennes, une relation plus complexe qu’il n’y paraît.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au cours du XIXe siècle, le thème de la hiérarchisation des races a progressivement évolué. Des spéculations religieuses (notamment la théorie des préadamites, justifiant la multiplicité des races humaines par une création des non-Blancs avant Adam) aux justifications scientistes, la perception du monde à travers le prisme des races n’aboutissait pas inévitablement au principe de l’unité du groupe des Blancs.