Le G7, opération de communication et usine Potemkine de la coopération internationale

Par

Il est tellement certain que le G7 de Biarritz sera une rencontre inutile qu’on se passera, cette fois, de communiqué. Reliques des années 1970, ces sommets ne sont plus que des opérations de communication et Emmanuel Macron espère bien en profiter.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Disons-le d’emblée : si le G7 n’avait pas lieu en France ce troisième week-end d’août, les grands médias auraient surtout réservé leurs unes aux retours de vacances et à la préparation de la rentrée scolaire. Et ajoutons qu’ils auraient eu raison, tant ces deux marronniers, aussi dérisoires soient-ils, semblent avoir davantage d’impacts sur la réalité que cette réunion de chefs d’État ou de gouvernement dans l’ancienne résidence de l’impératrice Eugénie, à Biarritz. Car, même en cherchant bien, on peine à trouver d’autres explications que le biais national et le déploiement ridiculement exagéré de mesures de sécurité à la couverture de ce sommet.