En Syrie, Raqqa craint un scénario à la Kaboul

Par Hussam Hammoud et Céline Martelet

À 3 500 kilomètres de Kaboul, une ville regarde avec inquiétude ce qui se passe dans la capitale afghane : Raqqa, au nord-est de la Syrie. En janvier 2014, les hommes de Daech ont pris la ville et y ont imposé plus de trois années de terreur. En octobre 2017, l’État islamique y a été vaincu par la coalition internationale, mais Raqqa est encore à terre et instable. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Raqqa (Syrie).– « Si je veux, avec quelques amis, je peux la reprendre moi-même ma ville ! », lance Hassan, assis sur un banc de la place Naïm, une glace à la main. Le jeune Raqqaoui tente un trait d’humour, mais depuis la prise de Kaboul par les talibans, lui et ses amis suivent de très près le basculement de l’Afghanistan.