Paris s'empresse auprès de ses amis africains pour un accord à la COP21

Par

Depuis plusieurs mois, le président de la République et plusieurs ministres se sont rendus dans le « pré carré » de la France en Afrique afin de s'assurer du soutien de plusieurs pays pour la conférence climat. En échange de quoi ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Paris fait la cour aux Africains », se moque un diplomate du continent. Depuis plusieurs mois, la France déploie beaucoup d’énergie pour resserrer ses liens avec l’Afrique. En ligne de mire, un seul objectif: la 21e conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP21), que Paris doit accueillir en décembre. Le continent africain émet moins de 4 % des émissions mondiales de CO2, mais François Hollande et son gouvernement ont besoin de son soutien pour amener les principaux pays pollueurs, les États-Unis et la Chine, à adopter un accord contraignant et approuvé par le plus grand nombre. Et pour, ainsi, réussir ce rendez-vous de Paris, présenté par le ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, comme « le plus grand événement international jamais organisé sur le sol français ».