mot de passe oublié
11 euros par mois

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre nouvelle application mobile disponible sur Android et iOS.

Je m'abonne
Mediapart dim. 1 mai 2016 1/5/2016 Édition du matin

La France, la Turquie et le génocide arménien: une faute politique

24 janvier 2012 | Par Edwy Plenel

Imposé à une droite et à une gauche réticentes par Sarkozy et par Hollande, le vote par le Parlement d’une loi pénalisant la négation du génocide arménien est une faute politique. Démonstration confirmée, mardi 28 février, par la décision du Conseil constitutionnel, qui a vu dans cette loi une « atteinte inconstitutionnelle à l'exercice de la liberté d'expression et de communication ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Imposé à une droite et à une gauche réticentes par Nicolas Sarkozy et par François Hollande (lire ici notre enquête et là le résultat du scrutin), le vote par le Parlement français d’une loi pénalisant la négation du génocide arménien est une faute politique. En déplaçant sur le terrain judiciaire – précisément : un an de prison et 45.000 euros d’amende en cas de contestation ou de minimisation de façon outrancière d’un génocide reconnu par la loi française – la bataille contre les assassins de la mémoire, il désarme la vérité historique, dévitalise l’espace public et fait le jeu du négationnisme qu’il entend combattre, en l’espèce du nationalisme turc. Démonstration dans ce parti pris.