L’«Indo-Pacifique», nouveau concept-clé des relations internationales

Par

Au XXIsiècle, les grandes compétitions stratégiques ont pour théâtre un vaste espace maritime, allant de la côte est de l’Afrique à la façade Pacifique des États-Unis. Toutes les puissances de la région, dont la France, se forgent donc une doctrine de l’« Indo-Pacifique ». Entretien croisé sur cette nouvelle notion.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

© Mediapart

C’est la première fois qu’un diplomate reçoit ce titre aux États-Unis. Le 13 janvier, Kurt Campbell a été choisi comme « coordinateur de l’Indo-Pacifique » par Joe Biden, officiellement président depuis mercredi. Ce terme avait déjà été employé sous son prédécesseur Donald Trump pour renommer le commandement militaire américain pour le Pacifique, puis avait donné lieu à un rapport stratégique officiel, rendu public en juin 2019.

Au-delà des États-Unis, la notion d’« Indo-Pacifique » a été reprise par toute une série de puissances d’Asie mais aussi d’Europe, dont la France, qui se veut une « nation souveraine » au cœur de cet espace. On pourrait être tenté de railler ce nouveau label à la mode, dont la définition n’est, de fait, pas stabilisée dans l’arène internationale.

« Il a l’air d’être à la fois excessif et insuffisant, s’amuse Rory Medcalf dans Indo-Pacific Empire (Manchester University Press, 2020) : deux adjectifs sans un nom, une mer sans la terre, l’Asie sans son continent, une confusion de deux océans, chacun assez vaste pour être une région à lui seul. »

L’analyste australien souligne cependant à quel point cette « carte mentale » doit être prise au sérieux, justement parce qu’elle l’est par des acteurs importants, qui réfléchissent de cette manière à leurs intérêts et à la manière de les défendre. Selon lui, « il s’agit en partie d’un message à la Chine ascendante », pour lui signifier qu’elle devra composer avec d’autres principes et besoins que les siens dans la région, « mais aussi d’un message à l’Amérique », qui doit comprendre que sa rivalité avec la Chine ne peut pas tout écraser sur son passage. 

Pour mieux cerner l’origine de ce nouveau concept géostratégique, et les différentes conceptions de l’Indo-Pacifique qui existent, Mediapart a invité Delphine Allès, professeure de science politique à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco), ainsi que François Gaulme, chercheur associé à l’Institut français des relations internationales (Ifri). 

Au cours de cet entretien croisé, ils ont également discuté des prétentions et des moyens de la France dans cet espace, qu’ils s’accordent à décrire comme « une zone bien plus importante que l’Atlantique Nord » dans le siècle en cours. Si aucune alliance contraignante ne structure cette vaste région du monde, des dialogues et coopérations « fluides » s’y multiplient, à travers lesquels se joue une part essentielle des relations internationales contemporaines. 

> Cette émission peut également s’écouter en podcast

> Retrouvez toutes les émissions de la collection « Un monde à vif »

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous

L’émission a été enregistrée dans les locaux de Mediapart, en amont de l’investiture de Joe Biden.