La Libye sous les frappes de la coalition, la Syrie sous la répression

Par
Nicolas Sarkozy a dû reculer: l'Otan prendra en charge l'essentiel des opérations militaires en Libye. Le conseil européen devrait se pencher vendredi sur l'«après-Kadhafi» et la sortie de conflit. En Syrie, le régime lâche du lest après les combats de Deraa qui auraient fait cent morts. Les manifestations continuent de secouer le Yémen.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

LIBYE La coalition internationale a poursuivi ses frappes aériennes à Tajoura et à Sebha notamment, berceau tribal des Kadhafi et base militaire favorite du régime. La France a abattu un avion de combat des forces du colonel Kadhafi qui venait d’atterrir sur la base aérienne militaire de Misrata. Les raids auraient fait «environ 100 morts» parmi les civils en Libye selon un bilan provisoire donné par Moussa Ibrahim, un porte-parole du régime libyen. Le ministre de la défense, Gérard Longuet, a affirmé lors d'une conférence de presse ce matin que «la résolution 1973 s'appuie sur une base juridique extrêmement large et permet une opération au sol», précisant qu'«il s'agit d'une opération au sol à partir de l'air».