Kurdes, Yéménites: l’indignation à géométrie variable de la France

Par

Le président turc Erdogan, qui a acheté 460 millions d’euros d’armes à la France depuis 2009, ne pourra plus en importer s’il poursuit son offensive contre les Kurdes. Une menace de Paris dont il n’a tenu aucun compte. Mais l’Arabie saoudite qui en a acheté plus de 11 milliards peut continuer, sans encourir les reproches de la France, à multiplier les crimes de guerre au Yémen…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Par un communiqué conjoint du 12 octobre, la ministre des armées, Florence Parly, et son collègue des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, ont annoncé qu’en réponse à « l’offensive unilatérale engagée par la Turquie dans le nord-est de la Syrie », trois jours plus tôt, la France avait « décidé de suspendre tout projet d’exportation vers la Turquie de matériels de guerre susceptibles d’être employés dans le cadre de l’offensive en Syrie ». « Cette décision, ont ajouté les deux ministres, est d’effet immédiat. »