Syrie, Maroc, Iran... Quelles révolutions pour 2012 ?

Par

Élections, sanctions, répression et mouvements sociaux… Un an après les premiers soulèvements tunisiens et égyptiens, la faille politique qui s’étend du Maroc au Pakistan n’en finit plus de se creuser. Petite revue des bouleversements à venir.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une année, déjà, nous sépare de la fin du régime de Ben Ali et des premières manifestations place Tahrir, au Caire. Qu’avons-nous appris, qu’avons-nous compris des révolutions tunisienne et égyptienne ? Que le processus de redéfinition politique et social est bel et bien profond, et ne se limite pas à une simple alternance assurée par les partis d’obédience islamique. C’est ce processus que nous continuerons d’observer en 2012, au-delà de la Tunisie et de l’Egypte, dans chacun des pays d’un arc qui s’étend du Maroc au Pakistan. Avec des perspectives, il est vrai, très différentes.