En Chine, le mouvement #MeToo face à la censure

Par

En Chine, le mouvement #MeToo fait face à une culture mâle dominante, mais également au Parti communiste lui-même, qui n’hésite pas à censurer certaines pétitions.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En Chine, le mouvement mondial #MeToo de prise de parole des femmes contre les violences sexistes et sexuelles doit faire face à une culture mâle dominante, mais également au Parti communiste lui-même.