L’économie italienne à l’épreuve du Covid-19

Par

Les entreprises italiennes ont jusqu’au 25 mars pour appliquer les nouvelles mesures de restriction décrétées par le gouvernement et tenter d’enrayer plus encore la propagation du Covid-19. Les syndicats estiment ces mesures toujours insuffisantes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Palerme (Italie), de notre correspondante.– Il y a ce bilan humain, terrible. Depuis le début de l’épidémie, l’Italie a enregistré le 24 mars 6 820 décès de patients testés positifs au Covid-19. Samedi, en fin de journée, 793 décès ont été annoncés en 24 heures. Le chiffre, jamais atteint auparavant, secoue l’Italie, qui terminait alors sa douzième journée de confinement. Quelques heures plus tard, vers 23 heures, le président du Conseil Giuseppe Conte leur annonce : « Nous avons décidé de franchir une nouvelle étape. » En direct d’une vidéo diffusée sur Facebook, il prononce ces mots que de nombreux acteurs économiques redoutaient depuis des jours : « La décision adoptée par le gouvernement est de fermer à travers le territoire toute activité productive qui n’est pas strictement nécessaire, cruciale, indispensable pour garantir les biens et les services. »