La France ouvre une enquête pour «crimes contre l’humanité» à l’égard d’Aloys Ntiwiragabo

Par Théo Englebert

Au lendemain des révélations de Mediapart sur la présence en France d’Aloys Ntiwiragabo, recherché par la justice internationale pour son rôle dans le génocide des Tutsis du Rwanda en 1994, le parquet national antiterroriste a annoncé samedi l’ouverture d’une enquête préliminaire pour « crimes contre l’humanité » à son égard.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une enquête préliminaire a été ouverte pour « crimes contre l’humanité » à l’égard d’Aloys Ntiwiragabo, chef des renseignements militaires pendant le génocide rwandais de 1994, a indiqué samedi à l’AFP le parquet national antiterroriste. Vendredi, Mediapart avait révélé sa présence près d’Orléans.