Le Bundestag conquis par les forces conservatrices et réactionnaires

Par

La CDU/CSU d’Angela Merkel remporte les élections. Mais elle fait le pire score de son histoire, tandis que l’extrême droite entre massivement au Parlement, où les libéraux reviennent en force. Les futurs membres de la coalition gouvernementale vont avoir du mal à s’accorder.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À première vue, c’est une victoire pour Angela Merkel. Celle qui était donnée gagnante du scrutin depuis le début de la campagne électorale est assurée d’être reconduite à la chancellerie, son parti ayant remporté dimanche 24 septembre 32,9 % des voix et obtenu 246 sièges (sur 709) à l’assemblée. En réalité, la cheffe de la CDU/CSU fait son plus mauvais score depuis qu’elle est à la chancellerie (jusqu’ici, il datait de 2009 ; les chrétiens-démocrates avaient alors rassemblé 33,8 % des voix). Surtout, le parti a recueilli dimanche soir son pire résultat depuis l’après-guerre. Et il se retrouve aujourd’hui en difficulté pour former une coalition gouvernementale.