Tsipras appelle à en finir avec le «cercle vicieux de l'austérité»

Par

Syriza rate à deux sièges près la majorité absolue à l’assemblée. La formation de gauche radicale a annoncé dès ce lundi matin un accord avec le petit parti de droite des Grecs indépendants. Pour les Grecs qui fêtaient la victoire dimanche soir, c’est un tournant qui dépasse les frontières de leur pays.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Athènes, de notre envoyée spéciale.-  « Un énorme espoir », « une lourde responsabilité », « la seule solution » : pour les électeurs de gauche rassemblés dans le centre d’Athènes ce dimanche soir, Syriza vainqueur du scrutin, c’est tout cela à la fois. La promesse de jours meilleurs, de difficiles négociations à venir au niveau européen, et la conséquence logique de l’impasse dans laquelle s’étaient fourvoyés le gouvernement Samaras et ses prédécesseurs.