En Espagne, l’extrême droite lance la bataille culturelle à Murcie

Par

Arrivé troisième aux législatives de novembre dernier, Vox est devenu un partenaire indispensable pour le gouvernement de droite de la région de Murcie. En échange de son soutien, la formation d’extrême droite a imposé un dispositif controversé qui a pour objectif de censurer les activités extrascolaires sur l’égalité hommes-femmes ou la diversité sexuelle.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La première coalition de gauche depuis le retour de la démocratie à peine formée, début janvier, la droite espagnole est montée au créneau. Elle a choisi un terrain particulièrement sensible, celui de l’éducation et de l’égalité hommes-femmes. La polémique, qui a éclaté depuis une semaine, porte sur un mécanisme appelé « autorisation parentale » – ou pin parental en espagnol, pour reprendre l’expression controversée utilisée par Vox, la formation d’extrême droite emmenée par Santiago Abascal.