La criminalisation de l’aide aux réfugiés, partout en Europe

L’ONG Resoma a recensé les poursuites judiciaires lancées contre des personnes engagées dans l’accueil des réfugiés sur l’ensemble du continent européen depuis 2015. Grèce, Italie et France forment le trio de tête de cette criminalisation de l’aide aux étrangers.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est une étude qui fait froid dans le dos. Publiée ce mois de juin par l’ONG Resoma (plateforme sociale de recherche sur les migrations et l’asile), elle recense les cas de poursuites judiciaires engagées contre des démarches d’aide aux réfugiés entre 2015 et 2019. 53 cas sont répertoriés en Grèce, 38 en Italie et 31 en France.