La criminalisation de l’aide aux réfugiés, partout en Europe

L’ONG Resoma a recensé les poursuites judiciaires lancées contre des personnes engagées dans l’accueil des réfugiés sur l’ensemble du continent européen depuis 2015. Grèce, Italie et France forment le trio de tête de cette criminalisation de l’aide aux étrangers.

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

C’est une étude qui fait froid dans le dos. Publiée ce mois de juin par l’ONG Resoma (plateforme sociale de recherche sur les migrations et l’asile), elle recense les cas de poursuites judiciaires engagées contre des démarches d’aide aux réfugiés entre 2015 et 2019. 53 cas sont répertoriés en Grèce, 38 en Italie et 31 en France.

Le rapport, en anglais, est disponible ici.

La rédaction de Mediapart

Mediapart est actuellement en accès libre : profitez-en et faites-le savoir ! Découvrez tous nos contenus gratuitement C’est l’occasion pour celles et ceux qui ne nous connaissent pas de découvrir un journal totalement indépendant et sans publicité qui ne vit que de l’abonnement de ses lecteurs.
L’information est la première force sur laquelle nous devons compter. Une information de qualité, au service du public, soucieuse de l’intérêt général.
Articles, contenus vidéos, podcasts, enquêtes, dossiers... : découvrez-les et jugez par vous-même.
Si vous souhaitez nous soutenir et prolonger votre lecture après la période d’accès-libre abonnez-vous !

Soutenez-nous