Le drapeau berbère soude un peu plus le peuple algérien

Par

Le chef de l’armée algérienne espérait diviser le mouvement populaire en agitant le chiffon identitaire et en interdisant le drapeau berbère dans les manifestations. Sa tentative se solde par un échec et une nouvelle atteinte aux libertés fondamentales.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La manœuvre est énorme. À défaut de parvenir à ses fins en perpétuant le système qui l’a propulsé au sommet du pouvoir, Ahmed Gaïd Salah, le nouvel homme fort de l’Algérie depuis la démission forcée de l’ancien président, s’essaie à diviser et à fracturer le puissant soulèvement populaire qui métamorphose le pays depuis plus de quatre mois.