La magistrature italienne au cœur d’un scandale de corruption sans précédent

Par Floriana Bulfon et Héloïse Rambert

En Italie, le Conseil de la magistrature, organe qui garantit l’autonomie et l’indépendance de la justice, est secoué par une grave affaire de corruption. La crise morale et éthique est profonde pour tout le système judiciaire italien. Le gouvernement prépare une réforme.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rome (correspondance).– L’Italie fait à nouveau face à la corruption. La péninsule a vu son histoire marquée par les scandales liés aux pots-de-vin et aux mafias. Au début des années 1990, l’opération « Mani pulite » (« Mains propres » en français), une série d'enquêtes judiciaires démarrée à Milan, avait mis au jour une corruption systémique des partis politiques. Des ministres, des députés, des sénateurs, des entrepreneurs et même des ex-présidents du conseil furent impliqués.