Depuis Wuhan, des Chinois bravent la censure

La plupart des médias officiels chinois décrivent une mobilisation générale contre le coronavirus, au nom de la solidarité nationale sous l’égide du Parti communiste. Mais, depuis Wuhan, épicentre de l’épidémie, des citoyens osent poser les questions gênantes via YouTube ou Twitter bloqués en Chine mais disponibles grâce aux VPN.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

L’avocat Chen Qiushi s’est fait connaître en Chine par son travail de « journaliste citoyen ». C’est sous cette appellation qu’il aime se présenter aux millions de personnes qui le suivent sur les réseaux sociaux. L’été dernier, il s’était rendu à Hong Kong pour observer par lui-même les événements dans l’ancienne colonie britannique, ce qui avait déplu aux autorités. Sermonné, il avait été contraint de revenir sur le continent. Ses comptes avaient été supprimés. Mais le voilà de retour à l’occasion de la crise sanitaire provoquée par l’apparition à Wuhan, une ville de 11 millions d’habitants dans le centre du pays, du nouveau coronavirus. Pour diffuser sa parole, il a cette fois recours à YouTube et Twitter, certes bloqués en Chine mais disponibles en ayant recours à des VPN (ces réseaux virtuels privés qui permettent de contourner la censure).

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal