En Israël, des soldats et des associations s’interrogent sur la doctrine de l’armée

Par

Après que l’armée a tué 39 civils et blessé 1 500 autres Palestiniens ces dernières semaines, des Israéliens tirent la sonnette d’alarme pour dénoncer la violence qu’on leur impose d’utiliser.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La « marche du retour » réprimée dans le sang par les soldats israéliens. En moins d’un mois, la répression des Palestiniens par les Israéliens a fait 39 morts et près de 1 500 blessés, dont des enfants. Un nombre inhabituel de victimes qui « met en cause les règles d’engagement retenues par les autorités israéliennes. Contrairement à l’usage, les moyens non létaux ne sont pas privilégiés. Selon l’armée, le vent rabattrait le gaz lacrymogène ; les balles en caoutchouc et les canons à eau seraient inefficaces du fait des distances », rapporte Le Monde.