Nommé par Trump, Neil Gorsuch imprime sa marque à la Cour suprême

Par

Conservateur convaincu, le juge Gorsuch, nommé à vie en avril, a montré sa fermeté lundi 26 juin lors d'une longue journée d'audiences, aussi bien contre les droits des homosexuels que contre l'entrée aux États-Unis des ressortissants des six pays musulmans visés par l'interdiction présidentielle.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

New York (États-Unis), de notre correspondant.-  Si Donald Trump, toujours incapable de faire voter ses lois au Congrès, peine à entrer dans l’histoire après 150 jours de présidence, il peut au moins se féliciter d’une décision qui imprimera pendant des décennies sa marque sur la société américaine. La nomination à vie, le 10 avril dernier, du juge Neil Gorsuch à la Cour suprême, en remplacement du très droitier Antonin Scalia, décédé subitement en 2015, avait fait couler beaucoup d’encre, tant le profil respectable de ce magistrat de 49 ans laissait espérer une indépendance et un goût pour les nuances plus évident que celui du président des États-Unis. Il a pourtant suffi d’une journée de travail, certes chargée, ce lundi 26 juin, pour qu'apparaisse son visage de conservateur convaincu, et d’allié loyal de Donald Trump.