En six mois, l’Autrichien Sebastian Kurz a multiplié les annonces contre les migrants

Par Vianey Lorin

Autour de la table du conseil européen qui s’ouvre jeudi à Bruxelles, le jeune chancelier autrichien Sebastian Kurz sera l’un des personnages clés, défenseur d’un énième durcissement de la politique migratoire de l’UE. Alors que son pays s’apprête à présider l’Union au 1er juillet, décryptage des premières mesures prises par ce gouvernement droite-extrême droite depuis six mois.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Vienne (Autriche), correspondance.– L’Autriche s’apprête à prendre la présidence tournante de l’UE au 1er juillet, avec un slogan : « Une Europe qui protège », identique à celui d’Emmanuel Macron pendant la campagne de 2017 sur les questions européennes. Le chancelier autrichien Sebastian Kurz, un conservateur de 31 ans de l’ÖVP qui gouverne avec l’extrême droite du FPÖ (lire notre portrait), s’annonce comme l’une des personnalités clés lors du sommet européen qui s’ouvre ce jeudi 28 juin à Bruxelles.