Syrie: trois mois d’horreur dans la province d’Idleb

Par

L’offensive du régime de Bachar al-Assad contre les régions rebelles se poursuit après trois mois de bombardements intenses. Plus de 400 000 personnes ont été déplacées. Caroline Hayek fait le point dans le quotidien beyrouthin L’Orient-Le Jour.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis fin avril, Damas et son allié russe pilonnent quasi quotidiennement la province d’Idleb et les zones adjacentes dans les régions voisines d’Alep, de Hama et de Lattaquié. Les frappes aériennes et les tirs d’artillerie ont coûté la vie à environ 740 civils en trois mois, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). La province d’Idleb, qui accueille quelque trois millions d’habitants, est dominée par les jihadistes de Hay’at Tahrir el-Cham (HTC, ex-branche syrienne d’Al-Qaïda). D’autres factions rebelles et jihadistes y sont présentes. Des frappes aériennes du régime ont visé hier plusieurs villes de la région, faisant trois morts selon l’OSDH. « Les bombardements se concentrent sur les souks, les habitations, les cliniques et les centres de la Défense civile. »