De notre correspondante à New York (Etats-Unis). - Le clip commence avec des images de HLM, un ciel gris, une musique mélancolique. On reconnaît le New York des quartiers populaires composés de grandes cités en briques rouges cerclées de grillages ; le New York où habitent en grande majorité des Afro-Américains et des Hispaniques. Des quartiers imperméables à la gentrification qui caractérise le reste de la ville, où l’on vit sous surveillance constante du NYPD, la police new-yorkaise. Puis on entend une femme parler de l’injustice et des souffrances qui ont frappé sa famille. C’est la fille d’Eric Garner qui s’exprime, « militante, comme l’était Martin Luther King », dit-elle. Elle porte un sweat-shirt barré d’un « I can’t breathe » (« Je ne peux pas respirer »). Ces quelques mots, devenus un slogan, seront les derniers de son père, Eric Garner, 43 ans, alors qu’en juillet 2014 des policiers l’arrêtent en l’attrapant par le cou afin de le plaquer à terre, utilisant ainsi une technique d’immobilisation interdite depuis 1993.