Mediapart Live: la politique antidrogues au banc des accusés

Après un retour sur nos enquêtes, la rédaction se transforme, de 20h à 22h, en tribunal. Des magistrats du Syndicat de la magistrature instruisent le procès de la politique française à l’égard des drogues. À la barre, se succèdent des responsables politiques, des chercheurs, des professionnels de la justice et du soin, ainsi que des représentants d’usagers. Rachida Dati défend la politique de répression actuelle.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Ce mercredi Mediapart Live revient dans un premier temps sur l’affaire libyenne dans le cadre d’un retour sur nos enquêtes. Puis, dans un second temps, un dispositif exceptionnel est déployé pour le grand débat de la soirée. Comme cela avait été le cas à propos des comparutions immédiates en juin 2017, notre plateau se transforme en véritable tribunal, animé par des magistrats. Au banc des accusés : la politique répressive des drogues en France, dont nous questionnons la pertinence et l’efficacité, grâce à plusieurs experts du sujet et responsables politiques. 

19 heures-20 heures. Retour sur l’affaire libyenne

Fabrice Arfi et Karl Laske décryptent la défense médiatique de Nicolas Sarkozy et l’évolution judiciaire du dossier.

Patrick Haimzadeh, ancien diplomate français à Tripoli (2001-2004) et auteur de l’ouvrage Au cœur de la Libye de Kadhafi, témoigne de ce qu’était le régime libyen et des conditions d’entrée en guerre

À lire sur Mediapart :
Argent libyen: Brice Hortefeux s’est montré fragile devant la police

Et notre dossier complet sur l’argent libyen de Sarkozy.

20 heures-22 heures. La politique antidrogues au banc des accusés

Débat introduit par Michaël Hajdenberg 

Le tribunal est présidé par Katia Dubreuil, avec Anaïs Vrain et Juliane Pinsart (Syndicat national de la magistrature) comme assesseurs. Il auditionne une série de témoins. Parmi eux : 

- Fabrice Olivet, directeur de l’association ASUD (Auto Support des Usagers de Drogues).

- Sarah Massoud, juge des libertés et de la détention à Bobigny.

- Lia Cavalcanti, présidente d’Espoir Goutte-d’Or (EGO) et experte auprès de la Commission européenne pendant plus de 20 ans. 

- Robin Reda, député LR de l’Essonne. 

- Yann Bisiou, maître de conférences en droit privé et science criminelle à l’université Paul Valéry de Montpellier. 

- Jean-Pierre Couteron, psychologue clinicien, président de la Fédération Addiction.

- Marie Jauffret-Roustide, sociologue, chercheuse à l’Inserm. 

- Olivier Phan, pédopsychiatre et addictologue.

- Isabelle Audureau, secrétaire CGT (Paca) de la Protection judiciaire de la jeunesse. 

- Marie Nougier, porte-parole de l’International Drug Policy Consortium.

Le procès se conclut par le réquisitoire du procureur Vincent Charmoillaux (Syndicat national de la magistrature) et la plaidoirie de l’avocate de la défense Rachida Dati (ancienne garde des Sceaux, députée européenne LR), avant la délibération finale.

À lire sur Mediapart : notre dossier « Drogues : les raisons de tout changer »

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale