Une société italienne rattrapée par son logiciel espion

Alors que des auditions se déroulent au Parlement européen sur le groupe israélien NSO, une société d’espionnage italienne, Tykelab, propose, elle aussi, des technologies controversées.  

Crofton Black, Gabriel Geiger et Riccardo Coluccini (Lighthouse Reports)

28 août 2022 à 08h30

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

L’Union européenne (UE) commence à prendre conscience de la menace que représente une industrie de la surveillance hors de tout contrôle, avec dans son collimateur le célèbre groupe israélien NSO et son logiciel Pegasus. Alors que le Parlement européen va reprendre ses auditions sur le logiciel espion cette semaine, une enquête de Mediapart, Der Spiegel, Domani, IrpiMedia et EU Observer, menée sous l’égide de Lighthouse Reports, révèle l’ampleur des opérations d’un groupe de surveillance européen méconnu, mais dont les outils sont utilisés partout dans le monde, y compris dans des pays dont les autorités sont accusées de corruption et de violation des droits humains. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal