Eva Joly : «La présence de l’Otan a pour partie aggravé la corruption en Afghanistan»

Par

Actuellement à Kaboul, Eva Joly est l’un des six auteurs du rapport publié mercredi sur le vaste scandale de corruption de l’ancienne première banque privée d’Afghanistan, la Kabul Bank.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« J’avais très peur que ce rapport ne puisse jamais être publié. Maintenant on ne l’arrêtera plus. » Actuellement à Kaboul, Eva Joly est l’un des six auteurs d’un audit indépendant, publié mercredi, sur le vaste scandale de corruption de l’ancienne première banque privée d’Afghanistan, la Kabul Bank. Une affaire qui a vu près de 900 millions de dollars détournés entre 2006 et 2010, grâce à un montage financier rocambolesque, et qui a directement mis en cause les proches du président afghan Hamid Karzaï. C’est en juin dernier que l’ancienne candidate à la présidentielle, députée européenne Europe Écologie-Les Verts, a accepté de participer au comité d’évaluation et de contrôle contre la corruption (MEC), qui dépend de l’Onu, financé par les bailleurs internationaux. Entretien.